Lutte contre la mérule

Les méthodes conventionnelles d’éradication de la mérule sont souvent drastiques, impliquant l’élimination du bois infesté et l’application de biocides pour prévenir la réinfestation. La croyance populaire est que l’éradication de la mérule est presque impossible et que le champignon est particulièrement résistant au traitement. Ces croyances sont trompeuses et proviennent principalement du fait que la Serpula lacrymans peut survivre pendant de longues périodes dans la maçonnerie et peut transporter l’eau et les nutriments sur de longues distances. Ainsi, selon https://www.iso-immo.be/, spécialiste dans le traitement de l’humidité et de la mérule, le simple séchage du bois infesté localisé peut s’avérer insuffisant pour éradiquer le champignon. En raison de ces capacités, il ne fait aucun doute que la lutte contre la Serpula lacrymans peut être difficile, mais elle peut être facilement surmontée en éliminant l’humidité de tout l’environnement dans lequel le champignon pousse.

Il existe deux principes pour le contrôle et l’éradication la mérule – les mesures primaires et secondaires.

Mesures primaires de lutte contre la mérule

Comme pour la plupart des champignons d’intérieur, la caractéristique la plus vulnérable de la mérule est son besoin en eau. Le contrôle et l’élimination de l’eau constituent la principale mesure de contrôle et d’élimination des champignons. Les principales mesures sont les suivantes :

Localiser et rectifier la source d’eau qui cause et maintient le champignon.

Favoriser et maintenir des conditions de séchage rapide dans le bâtiment affecté.

L’élimination de la source d’eau et le séchage rapide est le premier point d’attaque. Il est absolument nécessaire d’empêcher toute nouvelle infiltration d’eau dans le bâtiment. À elle seule, cette action finira par contrôler et éliminer la croissance du champignon. Selon l’étendue des dommages, des mesures secondaires peuvent s’avérer nécessaires.

Mesures de lutte secondaires contre la mérule

Les mesures secondaires sont importantes lorsque les dommages ont été importants. Après les mesures primaires, prendre les mesures secondaires suivantes

Enlever et détruire tout ou partie du bois infesté. L’élimination de la source de nourriture arrêtera généralement rapidement la propagation de la croissance du champignon.

Remplacer le bois enlevé par du bois prétraité (double imprégné sous vide ou sous pression selon le cas) ou des matériaux inertes tels que béton, acier, etc. Envisager l’utilisation d’agents de conservation pour tremper les extrémités des solives avant de les remettre en place.

Isoler spatialement et physiquement le champignon. Remettre le bois en état à l’aide de cintres à solives et d’un enveloppement de menuiserie. Celles-ci privent le champignon d’une source potentielle de nourriture et empêchent également le bois de se mouiller.

Il est essentiel que les mesures primaires soient prises immédiatement avant de décider des traitements chimiques secondaires. Tous les risques doivent être soigneusement évalués lorsque le bois est susceptible de rester encastré ou dans des conditions humides, même lorsqu’il est traité, et il est essentiel que, dans ce cas, le centre du bois reçoive un traitement complet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *